Droits de l'Homme

 

 

Guerre

Paix

 

Souvenir




Liberté Histoire

Livre d'Or

Ville martyre de la Première Guerre Mondiale
et son Devoir de Mémoire

Lieu Touristique et Culturel

Centre Mondial de la Paix

Capitale de la Dragée

 

           Bienvenue sur verdunlavie.com. A travers ce site vous pourrez apprendre à connaître ce lieu mythique dont le seul nom rappelle le sanglant déchirement des deux peuples jadis ennemis.

          VERDUN, ville martyre de la première guerre mondiale est devenue Capitale de la PAIX avec l'implantation dans le prestigieux palais épiscopal du Centre Mondial de la Paix, des Libertés et des Droits de l'Homme. Chaque année des milliers de touristes viennent fouler le sol où jadis leurs ancêtres se sont battus pour la France et la Liberté. Aujourd'hui VERDUN est aussi le symbole de la réconciliation Franco-allemande. Les champs de Bataille, les villages détruits, les monuments, les musées sont des lieux de souvenirs, des lieux de réflexion qui nous rappellent sans cesse "plus jamais ça".

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

          VERDUN, outre son passé historique, est une ville agréable à découvrir. Traversée par la Meuse, le centre ville, riche en monuments, en cascades, en fontaines, en places et rues commerciales, est un lieu de rencontre et de détente. C'est avec grand plaisir que les Verdunois vous accueilleront dans leur belle cité pour vous permettre de profiter agréablement de votre séjour.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"VERDUN, la Victorieuse"
Chanson de Jack CAZOL et de Eugène JOULLOT 
(musique de René MERCIER)

I
Un aigle noir a plané sur la ville
Il a juré d'être victorieux
De tout côtés, les corbeaux se faufilent
Dans les sillons et dans les chemins creux.
Mais tout à coup, le coq gaulois claironne
Cocorico, debout petits soldats ;
Le soleil luit, partout le canon tonne :
Jeunes héros voici le grand combat
Refrain
Et Verdun, la victorieuse
Pousse un cri que porte là-bas
Les échos des bords de la Meuse
Halte là On ne passera pas
Plus de morgue, plus d'arrogance
Fuyez barbares et laquais ;
C'est ici la porte de France
Et vous ne passerez jamais
II
Les ennemis s'avancent avec rage
Énorme flot d'un vivant océan
Semant la mort partout sur son passage
Ivre de bruit de carnage et de sang
Ils vont passer quand relevant la tête,
Un officier dans un suprême effort,
Quoique mourant crie "A la baïonnette
Hardi les gars, debout, debout les morts.
III
Mais nos enfants, dans un élan sublime
Se sont dressés ; et bientôt l'aigle noir
La rage au cœur impuissant en son crime,
Vit disparaître son suprême espoir.
Les vils corbeaux devant l'âme française
Tombent sanglants, c'est le dernier combat
Pendant que nous chantons la Marseillaise
Les assassins fuient devant les soldats.
Refrain
Et Verdun, la victorieuse
Pousse un cri que porte là-bas
Les échos des bords de la Meuse
Halte là On ne passera pas
Plus de morgue, plus d'arrogance
Fuyez barbares et laquais ;
C'est ici la porte de France
Et vous ne passerez jamais


Site élu au TOP 10 de Wanadoo France Télécom

 

Nombre de visiteurs :

Dernière mise à jour : 13/06/03 18:04

 

Pour visualiser ce site dans les conditions optimales, veuillez utiliser Internet Explorer 5.0 
et un affichage de 800 x 600